Les observations sur le terrain

Sur le terrain, aucune mesure (par exemple, des mesures du débit) n’est mise en oeuvre. Le niveau d'écoulement des cours d'eau est apprécié visuellement par les agents départementaux de l'AFB, selon différentes modalités de perturbations d'écoulement.

onde-visibleDavid Monnier©Onema

puce-visible Ecoulement visible

L'écoulement est continu : il est permanent et visible à l'oeil nu.

onde-non-visibleYvan Falatas©Onema

puce-non-visible Ecoulement non visible

Le lit mineur présente toujours de l'eau mais le débit est nul. Généralement, soit l’eau est présente sur toute la station mais il n'y a pas de courant (dans les grandes zones lentiques, par exemple), soit il ne reste que quelques flaques sur plus de la moitié du linéaire.

onde-assecYvan Falatas©Onema

puce-assec Assec

L'eau est totalement évaporée ou infiltrée sur plus de 50% de la station. La station est "à sec".

Une quatrième modalité 'écoulement visible faible' est parfois utilisée sur le terrain (distinction avec la modalité 'écoulement visible'). Elle n'est affichée que pour une représentation à la station ou au département. L'exploitation des données pour les périmètres régional, bassin et national ne se fait que sur les 3 modalités décrites précédemment.

onde-visible-faibleBéatrice Gentil©Onema

puce-visible-faible Ecoulement visible faible

De l'eau est présente et un courant est visible, mais le débit faible ne garantit pas un bon fonctionnement biologique.

Une modalité spécifique 'observation impossible' permet d'indiquer que l'observateur n'a pas pu réaliser d'observation propre à l'écoulement du cours d'eau lors de son déplacement sur la station, en raison de conditions exceptionnelles : problèmes d’accessibilité, modification des conditions environnementales de la station, etc.
L'absence de données' indique que l'observation n'a pas été réalisée.
 
 
Pour plus d'information, consultez la Fiche technique du projet et la Plaquette du protocole terrain
Haut